FORUM D'ANUBIS Index du Forum   FORUM D'ANUBIS
Forum sur l'Egypte Antique
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
  FORUM D'ANUBIS Index du Forum

 
Tsunamis, Raz-de-marée, coulée de boue

 
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet FORUM D'ANUBIS Index du Forum Planète bleue Archives des catastrophes naturelles
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
forumanubis
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Fév 2008
Messages: 1 273

MessagePosté le: Mer 28 Mai - 15:44 (2008)    Sujet du message: Tsunamis, Raz-de-marée, coulée de boue Répondre en citant

27/12/2004 Forumanubis

Tsunami en Asie du sud


Dernier bilan de la catastrophe qui a touché l’Asie du Sud après le séisme et le raz-de-marée qui l’a suivi dans l’océan Indien : au moins 280 000 victimes...

A l'origine du raz-de-marée : un séisme exceptionnel

Le 26 décembre 2004, à 7h58 (heure locale), l’Institut géologique américain (USGS) détecte dans l’océan Indien un séisme d’une magnitude exceptionnelle, 9 sur l’échelle de Richter. Son épicentre se situe au large de l'île de Sumatra, plus exactement à 250 km au sud/sud-est de la ville de Banda Aceh, à une profondeur de 10 km.
L’hypocentre du séisme – ou foyer – se situe quant à lui plus en profondeur, à 30 km exactement, au niveau d’une région très sensible : une zone de friction entre les plaques tectoniques indo-australienne et eurasienne.

Il y a 50 millions d’années, la plaque indo-australienne est en effet entrée en collision avec la plaque eurasienne. Elle avance encore actuellement à la vitesse de 5 cm par an vers le nord. Or, au fil des ans, la tension entre les deux plaques s’accumule. Lorsque celle-ci devient trop forte, l’énergie est libérée brutalement sous forme de séismes.

Mais la libération d’énergie qui a eu lieu le 26 décembre dépasse pratiquement tout ce qui a été observé jusqu’alors : elle équivaut en effet à l’explosion de 30 000 bombes atomiques similaires à celle d’Hiroshima ! La zone du séisme s’est ainsi soulevée brusquement d’une vingtaine de mètres, déplaçant à son tour la colonne d’eau située à sa verticale.

Une série de vagues s’est alors formée à la surface : des vagues très rapides (500 à 800 km/h), d’une très grande longueur d’onde mais peu élevées.

Pour de nombreux bateaux navigant en pleine mer, le phénomène est ainsi passé inaperçu. C’est seulement en se rapprochant des côtes que le raz-de-marée ou tsunami (“vague portuaire“ en japonais) s'est formé : en raison de la faible profondeur des fonds côtiers, la hauteur des vagues a augmenté subitement, atteignant jusqu’à 15 m dans certaines régions.

A une vitesse de 500 à 800 km/h, le raz-de-marée s'est propagé concentriquement depuis la verticale de l'épicentre sous-marin, touchant, à des degrés divers, la plupart des côtes de l'océan Indien.

Le bilan humain

Selon les derniers bilans, le nombre des morts ou disparus dépasse les 280 000 personnes.
Dans le nord de l'île de Sumatra, proche de l'épicentre du séisme qui a généré les vagues dévastatrices, au moins 228 429 personnes ont trouvé la mort ou sont portées manquantes. Onze pays autour de l'océan Indien ont été touchés par les raz-de-marée, mais plus des trois quarts des décès ont été relevés dans la province indonésienne d'Aceh à Sumatra, une région en proie à une guérilla séparatiste dont l'accès était restreint aux étrangers. Cet isolement et l'ampleur des destructions infligées à Aceh expliquent que, un mois après, le bilan des victimes de cette province continue à enfler de façon dramatique.

Dans les autres pays frappés, le nombre des morts est également provisoire, mais les augmentations des bilans n'atteignent pas l'échelle indonésienne.
L’Organisation mondiale de la santé redoute par ailleurs que des épidémies coûtent la vie à plusieurs dizaines de milliers de personnes parmi les cinq millions de sans-abri
_________________


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Mer 28 Mai - 15:44 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
forumanubis
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Fév 2008
Messages: 1 273

MessagePosté le: Mer 28 Mai - 15:45 (2008)    Sujet du message: Tsunamis, Raz-de-marée, coulée de boue Répondre en citant

Une mobilisation internationale sans précédent

Dans ces conditions d'urgence, les priorités sont multiples. Il s’agit avant tout d’identifier et d’enterrer rapidement les victimes.

Dans le même temps, de façon à éviter l'apparition d'épidémies, il convient de mettre en place des structures d'assainissement et de fournir en eau potable et en vivres les populations touchées.
Il s’agit également de déployer des dispositifs d'assistance et de personnels médicaux, et d'établir des abris.

Peu après la catastrophe, les Nations unies ont rapidement estimé les besoins à 5 milliards de dollars.

La mobilisation internationale – tant gouvernementale que privée – ne s'est pas fait attendre et constitue à ce jour la plus importante de l’histoire : elle atteint actuellement près de 4 milliards de dollars.

Reste à coordonner toutes ces initiatives sur le terrain et à organiser dès à présent la reconstruction. À ce titre, les dirigeants du monde entier se sont réunis jeudi 6 janvier à Djakarta afin d'évoquer les secours à apporter d'urgence aux victimes et les besoins à plus long terme pour la reconstruction des pays ravagés par la catastrophe.
_________________


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
forumanubis
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Fév 2008
Messages: 1 273

MessagePosté le: Mer 28 Mai - 15:47 (2008)    Sujet du message: Tsunamis, Raz-de-marée, coulée de boue Répondre en citant

Une catastrophe évitable ?

A ce jour, les géologues ne savent toujours pas prédire la survenue d’un séisme. En revanche, on sait très facilement détecter et mesurer les séismes lorsqu'ils surviennent, tant sur terre qu’au fond des océans. Il est donc techniquement possible de prévoir le passage d'un tsunami quelques dizaines de minutes voire quelques heures avant son arrivée effective. Un tel système fonctionne actuellement dans le Pacifique. Mais il n’a pas son équivalent dans l’océan Indien: les tsunamis sont relativement rares dans l'océan Indien, ce qui explique que les pays concernés étaient mal préparés.

Face à l’ampleur de la catastrophe, l'idée de créer un tel centre dans la région s'est imposée. Selon le Dr Laura Kong, directrice du Centre international d'alerte des tsunamis basé à Hawaï, un tel dispositif coûtera des dizaines de millions de dollars, mais il permettra de sauver des dizaines de milliers de vies humaines et ce, dans la mesure où cette région est malheureusement promise à d'autres séismes de grande ampleur.

A la Conférence mondiale sur la prévention des catastrophes naturelles qui s’est tenue à Kobe (au Japon) du 18 au 22 janvier, ce projet a été ajouté à l’ordre du jour. Mais la conférence a très vite laissé apparaître des dissensions entre les pays. Et c’est donc à Phuket, à partir du 28 janvier, que 43 pays et 14 organisations internationales ont commencé à se réunir afin que la mise au point d'un système d'alerte au tsunami dans l'océan Indien devienne enfin réalité.
_________________


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
forumanubis
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Fév 2008
Messages: 1 273

MessagePosté le: Mer 28 Mai - 15:48 (2008)    Sujet du message: Tsunamis, Raz-de-marée, coulée de boue Répondre en citant

02/04/2007 Paroles-Divines

Un tsunami dévaste des villages des îles Salomon, au moins 15 morts

Localisation du tsunami qui a dévasté le 2 avril 2007 des villages aux île SalomonUn tsunami a "entièrement dévasté" lundi des villages des îles Salomon, après un séisme de magnitude 8 survenu dans le Pacifique, mais les craintes d'un vaste raz-de-marée à l'échelle régionale ne se sont pas matérialisées.

"Certains villages (de l'ouest de l'archipel) ont été entièrement dévastés", a indiqué à la presse le président du Conseil national des catastrophes de l'archipel, Fred Fakari, s'exprimant depuis la capitale des Salomon, Honiara.

Alex Lokopio, Premier ministre de la Province Occidentale, la plus touchée, a indiqué que "plus de quinze personnes étaient mortes, simplement aux alentours de Gizo", capitale de la province. "Mais pour les autres îles, je ne peux pas vous dire", a-t-il indiqué dans un entretien à Radio Nouvelle-Zélande.

"Nous avons cruellement besoin d'eau, de tentes et de nourriture car près de trois à quatre mille personnes vivent sur la colline surplombant Gizo", ville située à un quarantaine de km seulement de l'hypocentre du séisme, a ajouté le responsable.

Les habitants craignent de rentrer chez eux en raison des nombreuses répliques, a-t-il précisé, précisant que la plupart des édifices publics et des commerces de Gizo avaient été détruits, tout comme l'ensemble des habitations situées en contrebas.

Le porte-parole du gouvernement, Alfred Maesulia, a indiqué que, "dans certains villages côtiers, des vagues pouvant atteindre dix mètres de hauteur ont détruit les maisons et les propriétés".

Robert Iroga, rédacteur en chef du quotidien Solomon Star, a indiqué que des habitants lui avaient déclaré que "des corps flottaient" autour d'une île proche de l'aéroport provincial de Gizo, ville touristique réputée pour ses plages paradisiaques. "Des informations non confirmées que nous avons obtenues indiquent qu'une île a été totalement recouverte par la vague et que des habitants, tués, flottent sur l'eau", a déclaré Robert Iroga, basé à Honiara.

Les informations restent très parcellaires, les lignes téléphoniques et l'électricité étant coupées à Gizo. Aucune donnée ne filtrait d'autres îles de la région proche de l'hypocentre, comme Bougainville, ou la Papouasie-Nouvelle Guinée toute proche.

L'archipel des Salomon, situé à 2.575 km à l'est de l'Australie, est peuplé par un peu moins de 500.000 habitants répartis sur des dizaines d'îles. Les craintes d'un tsunami régional, du type de celui qui avait fait plus de 200.000 morts le 26 décembre 2004 dans l'océan Indien, ne se sont pas matérialisées.

Le Centre d'alerte pour les tsunamis dans le Pacifique, basé à Hawaï, a ainsi levé en milieu de journée l'avertissement qu'il avait émis pour de nombreux pays de la région, dont l'Australie. "Quand aucune vague importante n'a été observée dans les deux heures qui suivent l'heure estimée... alors les autorités locales peuvent partir du principe que la menace est passée", a précisé le Centre dans un communiqué.

Les autorités de Nouvelle-Calédonie, territoire français d'outre-mer situé environ à 1.000 km au sud des Salomon, ont décidé d'évacuer les populations exposées des îles Loyauté et sur la côte est. Aucun dégât n'a cependant été signalé dans ce territoire finalement touché par une vague estimée à 15 cm, selon les autorités.

En Australie, les plages du littoral oriental ont été fermées pendant quelques heures et certains services de ferry annulés dans la baie de Sydney. Mais la mesure de précaution a été levée dans l'après-midi en l'absence de toute vague majeure.
_________________


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
forumanubis
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Fév 2008
Messages: 1 273

MessagePosté le: Mer 28 Mai - 15:50 (2008)    Sujet du message: Tsunamis, Raz-de-marée, coulée de boue Répondre en citant

14/05/2007 Paroles-Divines

Deux pêcheurs sont portés disparus à Saint-Pierre. Leur bateau a été submergé par une vague de 7 mètres de haut

Une vague géante, qui serait venue de Madagascar, a déferlé samedi en fin d’après-midi sur les côtes sud et ouest de l'île de la Réunion provoquant des dégâts importants et l'évacuation d'une partie du front de mer. A Saint-Pierre, deux pêcheurs plaisanciers sont portés disparus. Leur bateau a été fracassé par la houle.

Le drame s'est produit vers 18 heures à l'entrée du port de pêche et de plaisance, dans une mer démontée. Un petit bateau de pêche qui tentait de regagner le port a été submergé par une énorme vague de 7 mètres qui l'a brisé en deux, selon des témoins.

Aussitôt alertés, les pompiers ont tenté de porter secours aux victimes, deux frères âgés de 50 et 55 ans, mais ils se sont retrouvés eux-mêmes en difficulté, ne pouvant plus regagner la côte alors que la nuit était tombée.

Appelé en renfort, un hélicoptère de l'armée a tenté de les récupérer sans succès. Les pompiers ont finalement été récupérés par un bateau de la gendarmerie, vers 1 heure du matin. Les recherches ont repris dimanche matin pour tenter de retrouver les pêcheurs disparus.

Aucune explication

La forte houle a également provoqué des dégâts le long du littoral. Plusieurs maisons, inondées, ont dû être évacuées dans plusieurs communes du sud ainsi que les terrasses des cafés installés sur le front de mer de Saint-Pierre dont un a été dévasté par la houle. Dimanche matin, les autorités ont appelé la population à ne pas s'approcher de la mer.

Aucune explication n'a été donnée sur cette violente houle qui serait venue de Madagascar, selon un membre du service de secours, alors que la saison cyclonique est passée. Samedi matin, Météo France avait émis un avis de houle légère sur les côtes sud de l'île.

Dans un communiqué, le ministre de l'Outre-Mer Hervé Mariton ''appelle les navigateurs et les personnes souhaitant se rendre sur le littoral des côtes sud et ouest de l'île à la plus grande prudence''.
_________________


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
forumanubis
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Fév 2008
Messages: 1 273

MessagePosté le: Sam 7 Juin - 16:32 (2008)    Sujet du message: Tsunamis, Raz-de-marée, coulée de boue Répondre en citant

GRECE

Des centaines de pompiers et soldats grecs tentaient toujours vendredi de maîtriser un incendie qui ravage depuis la veille le Mont Parnès, l'un des principales zones boisées aux portes d'Athènes, ainsi que d'autres feux de forêts en province.

Après une nuit de lutte contre des flammes gigantesques portées par des vents violents, les pompiers se montraient moins inquiets que la veille, le feu ne menaçant directement plus aucune habitation.

"Ca va mieux, le vent est tombé, nous sommes plus optimistes qu'hier", a déclaré à l'AFP une porte-parole des pompiers.

Huit avions, dont deux envoyés en renfort par la France, et deux hélicoptères, intervenaient au dessus de cette pinède depuis l'aube, avec l'aide de 200 pompiers et 370 militaires, a précisé la cellule de coordination des pompiers.

Sur l'ensemble de la zone, un parc naturel culminant à 1.413 mètres d'altitude à une trentaine de kilomètres au nord-ouest d'Athènes, trois fronts restent actifs.

"Nous avons livré avec succès un combat difficile (...) la lutte continue", a déclaré le ministre de l'Ordre public, Vyron Polydoras, sortant en début de matinée d'une réunion d'urgence convoquée par le Premier ministre, Costas Caramanlis.

Un autre important incendie ravageait depuis mercredi la région boisée et touristique du Pilion, dans le nord-est du pays. Assistés de cinq avions, dont deux prêtés par Rome, et deux hélicoptères, 210 pompiers et 100 soldats y livrent bataille.

"Nous espérons qu'il pleuvra ce soir comme l'annonce la météo. Mais nos forêts tant prisées des touristes sont parties en fumée" a déclaré Miltiadis Gaïtanas, maire du village d'Argaliasti, sur la télévision publique Net.

A Athènes, dans l'attente d'un premier bilan des dégâts, les experts évoquaient déjà un désastre écologique pour l'un des rares "poumons verts" d'une capitale bétonnée et polluée.
Un pompier surveille le feu qui touche le parc national du Mont Parnès le 28 juin 2007 au nord-ouest d'Athènes"Ma localité a été épargnée mais hélas la forêt n'existe plus", a déploré le maire du village de Thrakomakedonès, le plus menacé durant la nuit.

Relevant que les pins du Parnès rafraîchissaient et aéraient la ville, le directeur de la branche grecque de WWF (World life fund), Dimitris Karavelas s'est indigné que les autorités n'aient pas pu les défendre plus efficacement.

Un biotope accueillant des daims a également été détruit, a-t-il déploré. La capitale restait recouverte à la mi-journée par un nuage gris filtrant le soleil, dans une odeur tenace de bois brûlé.

Depuis mercredi, dans le sillage d'une canicule d'une durée exceptionnelle qui a fait douze morts, les autorités ont été contraintes de faire face à "un nombre impressionnant" de foyers, plus de 100, a indiqué M. Plydoras.

L'origine des sinistres n'est pas encore connue mais le ministre a suggéré des pistes criminelles, jugeant "suspecte" cette soudaine vague d'incendies.

Répondant à un début de polémique dans les médias sur le caractère tardif de l'intervention des pompiers au Mont Parnès, il a expliqué que ces derniers avaient d'abord limité les largages d'eau pour éviter de toucher des pylônes électriques.

Ailleurs en Grèce, quelque 500 pompiers et soldats, assistés de cinq avions et deux hélicoptères continuaient à lutter contre trois incendies, en Thessalie (centre), où deux hommes piégés sur la route par le feu sont morts mercredi, à Schimatari, au nord d'Athènes, et au sud-ouest du Péloponnèse.

Un cinquième feu qui faisait rage près d'Eleusis a lui été circonscrit en fin de matinée.

J'ai appris en Grèce lorsqu'il y a des canicules comme celle-ci, des pannes d'électricité, il risque d'y avoir des séimes

Paroles-divines
_________________


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
forumanubis
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Fév 2008
Messages: 1 273

MessagePosté le: Sam 7 Juin - 16:34 (2008)    Sujet du message: Tsunamis, Raz-de-marée, coulée de boue Répondre en citant

GRECE

L e Péloponnèse, dans le sud de la Grèce, restait livré dimanche à de violents incendies, dont le bilan s'est alourdi à 51 morts, et le feu progressait aussi toujours sur l'île d'Eubée, au nord d'Athènes, menaçant des zones habitées, a annoncé la cellule de coordination des pompiers.

Le ministère de la Santé a informé dans la matinée de la découverte de deux nouveaux corps, près de Mégalopolis, dans le centre du Péloponnèse.

Plusieurs autres cadavres avaient déjà été auparavant retrouvés dans cette zone.

Mais, jusqu'ici, les corps de la plupart des personnes tuées ont été découverts entre vendredi et samedi dans la région de Zacharo, plus à l'ouest.

Six personnes avaient également péri vendredi dans le sud du Péloponnèse.

La "situation est toujours très critique", a souligné à l'AFP un porte-parole des pompiers. Dans le Péloponnèse et en Eubée, quarante villages ont été évacués, "et nous sommes prêts à organiser de nouveaux départs à tout moment", a-t-il ajouté.

L'ensemble du pays a été placé en état d'urgence, tandis qu'un deuil national de trois jours a été décrété samedi.

Deux incendies menacent les abords de Kalamata, dans le sud du Péloponnèse, et de Pyrgos, dans l'ouest, au nord de la région de Zacharo, s'approchant aussi de villages situés à proximité du site archéologique d'Olympie.

Quelque 1.010 pompiers, assistés de 425 soldats et de 16 avions et hélicoptères luttent sur place contre les flammes. De nombreux habitants de la région ont passé la nuit sur les plages.

Les incendies continuent aussi de faire rage dans le sud-ouest de l'île d'Eubée (nord-est d'Athènes) où plusieurs localités balnéaires ont été évacuées.

Un autre, dans la région de Kératéa, dans la grande banlieue balnéaire d'Athènes, était, lui, en passe d'être contrôlé, ont dit les pompiers.

Des dizaines d'habitations ont été détruites sur ces fronts par les flammes, qui ont aussi ravagé cultures et oliveraies, mais aucun bilan précis n'était disponible dans l'immédiat.

Les pompiers espèrent désormais pouvoir mettre à profit une relative accalmie au niveau du vent et les importants renforts étrangers envoyés dans le pays après son appel à l'aide auprès de l'Union européenne, a indiqué leur cellule.

Quatre bombardiers d'eau Canadair et une soixantaine de sapeurs-pompiers français doivent se joindre aux opérations dans la journée, ainsi qu'un appareil italien.

L'Espagne, la Suède, l'Allemagne, la Norvège, Israël, la Roumanie, les Pays-Bas, la Slovénie, la Serbie, ont aussi proposé avions et hélicoptères, tandis que Chypre a envoyé des véhicules et 30 pompiers.

Au total, les pompiers ont dû faire face samedi à 99 foyers, un chiffre dans la moyenne quotidienne pour la période estivale.

Paroles-divines
_________________


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
forumanubis
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Fév 2008
Messages: 1 273

MessagePosté le: Sam 7 Juin - 16:39 (2008)    Sujet du message: Tsunamis, Raz-de-marée, coulée de boue Répondre en citant

Une coulée de boue fait 500 morts ou disparus aux Philippines

Près de cinq cents personnes, selon la Croix-Rouge, ont été tuées ou portées disparues à la suite d'une gigantesque coulée de boue et de cendres volcaniques qui a balayé dans la nuit de jeudi à vendredi plusieurs villages de l'est des Philippines.

388 personnes ont été confirmées mortes et 96 portées disparues, a indiqué vendredi une porte-parole de la Croix-Rouge philippine, Teresa Arguelles.

L'ensemble des morts sont survenues dans la province orientale d'Albay, a-t-elle précisé, avertissant qu'elle s'attendait à un alourdissement du bilan à mesure que les secouristes atteignent les endroits jusqu'à présent isolés par les mauvaises conditions météos.

Le typhon, qui développait des vents pouvait atteindre 150 km/h, a frappé Albay dans la nuit de jeudi à vendredi, provoquant des pluies diluviennes. Dans cette région située sur le flanc du volcan Mayon, les précipitations se sont mêlées aux cendres volcaniques, déclenchant une coulée de boue qui a enseveli jusqu'au toit de nombreuses habitations, ont indiqué des témoins.

Le travail des secouristes était ralenti par la coupure de l'électricité, des lignes téléphoniques et de l'eau courante à travers la plus grande partie de la péninsule de Bicol, où se trouve le volcan, situé à 350 km au sud-est de la capitale Manille. Les routes étaient également impraticables en raison des inondations et de l'éboulement de roches provoquées par le typhon.

Le responsable provincial des opérations de secours, Cedric Daep, a indiqué que 108 corps avaient été sortis du torrent de boue qui a enseveli de nombreuses maisons dans les villages de Daraga, Busay et Santo Domingo. Le bilan pourrait s'alourdir, a-t-il lui aussi averti, tandis que des informations non confirmées de la presse locale évoquaient des centaines de disparus, en particulier dans le village de Padang. Le maire de Daraga, Jerry Jucian, a lui aussi fait part de "nombreux disparus".

Près de 14.000 personnes avaient été évacuées dans la région de Bicol à l'approche du cyclone. Roel Ilarena, un habitant du village de Padang, estimait que 500 personnes pourraient avoir été ensevelies. L'armée attendait une amélioration des conditions météos pour faire décoller ses hélicoptères. La présidente Gloria Arroyo a ordonné à l'armée de lancer une opération de secours "massive" qui concernera l'ensemble du pays où des milliers de personnes sont encore réfugiées dans des centres d'évacuation.

"Que les soldats aident à toutes les activités de secours, l'assistance médicale, le nettoyage des routes, le rétablissement de l'électricité et le secours aux passagers bloqués", a-t-elle déclaré à l'issue d'un briefing avec le Centre national de coordination des secours. Quarante militaires ont été dépêchés vendredi soir dans la région de Mayon par hélicoptère. Un Herculès C-130, chargé de matériel et de secouristes, devait décoller pour la zone samedi matin. L'aéroport de Legaspi, ville principale de la région, a été fermé en raison de débris qui obstruent ses pistes et de coupures d'électricité. Une bonne partie de Legaspi était inondée, selon les secours.

Une trentaine de milliers de personnes avaient déjà été évacuées en août des flancs du volcan, en raison de craintes d'éruption. Elles étaient rentrées chez elles en septembre. Le cyclone Durian s'est affaibli après être passé à proximité de Bicol jeudi soir. Vendredi, la dépression se dirigeait vers la mer de Chine méridionale. Ce nouveau cyclone intervient au moment où l'archipel philippin récupère encore du passage du typhon Cimaron, le plus puissant à avoir frappé le pays depuis plus de dix ans. Il avait fait 38 morts et disparus en octobre.

En septembre, la capitale Manille avait été touchée par un autre typhon, Xangsane, qui a fait plus de deux cents morts.
_________________


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 09:54 (2017)    Sujet du message: Tsunamis, Raz-de-marée, coulée de boue

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet FORUM D'ANUBIS Index du Forum Archives des catastrophes naturelles
Page 1 sur 1
Sauter vers:  
 
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template Egyptian_Theme by Mojy, © 2003 Mojy - Mojytech
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com