FORUM D'ANUBIS Index du Forum   FORUM D'ANUBIS
Forum sur l'Egypte Antique
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
  FORUM D'ANUBIS Index du Forum

 
Angkor

 
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet FORUM D'ANUBIS Index du Forum L'Egypte Ancienne Autres civilisations
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
forumanubis
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Fév 2008
Messages: 1 273

MessagePosté le: Sam 26 Avr - 17:13 (2008)    Sujet du message: Angkor Répondre en citant

LE TEMPLE D'ANGKOR




1. Destination des monuments
Les monuments khmers qui ont subsisté, parce qu’ils furent construits en matériaux durables, sont des sanctuaires. Entre 900 et 1220 furent édifiés à Angkor des temples çivaïtes (les temples-montagnes, qui abritent le linga-palladium du royaume), des sanctuaires vichnouites (dont le principal est Angkor Vat ), des ensembles bouddhiques (principalement sous le règne de Jayavarman VII ). La tolérance réciproque du vichnouisme et du çivaïsme dans un même temple semble avoir été de règle, chacune de ces deux religions ayant généralement considéré la divinité de l’autre comme un aspect secondaire de la sienne propre. Ces sanctuaires, les inscriptions nous l’enseignent, subsistaient grâce à une fondation, constituée de terres, de villages avec leurs habitants, d’esclaves, de serviteurs et de desservants héréditaires. Témoins d’une religion devenue, hors de l’Inde, essentiellement aristocratique, ces temples sont destinés à deux sortes de cultes, parfois associés dans un même sanctuaire lorsque celui-ci est un temple-montagne : le culte au bénéfice des parents, le culte de la divinité protectrice du royaume.



Le culte au bénéfice des parents
Les religions pratiquées sont venues de l’Inde, mais il est bien certain que, transplantées en pays khmer, elles ont intégré plutôt que détruit les croyances et l’organisation sociale des indigènes. C’est ainsi que la plupart des sanctuaires sont consacrés à des formes de ce « culte des ancêtres » que l’on trouve attesté dans tout l’Extrême-Orient. Seulement, ces temples contiennent des images de Visnu, de Siva, du Buddha, du bodhisattva Lokesvara, de la Prajñaparamita . C’est uniquement par le nom propre qui leur est donné, composé de celui du défunt et de celui de la divinité, et non par l’apparence, que l’on sait avoir affaire non pas à telle divinité dans l’absolu, mais à la divinité comme principe suprême dans lequel le défunt est venu se fondre, ou se réabsorber. La sauvegarde de ces fondations, la continuation sans défaillance du culte sont la préoccupation constante du souverain et des grands dignitaires.



Le culte du Protecteur du royaume
C’est pour ce culte théocratique que furent édifiés les temples-montagnes, faits à la ressemblance de la montagne cosmique (le mont Meru), qui est tout ensemble le pivot du monde et le séjour des dieux et de leur roi, Indra ou Mahendra (ce dernier étant aussi un des noms de Siva). En particulier un culte, ou un rituel, que l’on connaît par un témoignage épigraphique de deux siècles plus tardif, celui du devaraja (« roi des dieux », c’est-à-dire Indra ou Mahendra, mais aussi « roi des rois ») fut institué par Jayavarman II (vers 770 ?-834 ?), le roi dont se réclamèrent par la suite tous les souverains de la période angkorienne qui débute avec son règne. Instauré en 802, au nord-est d’Angkor, sur le haut lieu du Phnom Kulên (alors appelé Mahendraparvata, « montagne de Mahendra »), ce rituel faisait partie d’un système de consécration religieuse élevant le souverain khmer au rang de cakravartin, ou monarque universel, « roi des rois » du Cambodge : le roi « recevait la royauté » du dieu Siva, vénéré sous l’aspect d’un linga-palladium, par l’entremise d’un brahmane. L’origine, ou tout au moins l’analogue le plus proche de ces rites, serait à rechercher dans l’Inde du Sud. Après Jayavarman II, un temple en forme de pyramide à degrés – ou « temple-montagne » – au sommet duquel se trouvera le sanctuaire consacré au linga-palladium, sera édifié au centre de chaque capitale successive, celle-ci étant considérée elle-même comme le centre de l’univers. À une exception près (Koh Ker, de 921 à 941), ces centres religieux, qui changent avec chaque dynastie, resteront, durant toute la période angkorienne, situés dans cette même région d’Angkor.



2. Le site
Pour les souverains khmers, une œuvre n’est bonne et efficace que si elle satisfait aux impératifs religieux. Ce n’est pas assez dire : si la norme religieuse est obéie, l’œuvre est par là même satisfaisante. La région d’Angkor offrait sans doute un intérêt politique, stratégique et économique, convenant à l’établissement de la capitale ; mais aussi, et surtout, le site choisi par Yasovarman était, de tous ceux également possibles, celui qui devait répondre le mieux aux prescriptions de la religion et de l’astrologie : le Phnom Bàkheng offrait la hauteur propice à l’implantation d’un nouveau temple-montagne, et il pouvait former le centre d’une cité dont certains éléments (les douves de l’enceinte, le Bàray oriental, cf. infra) étaient sans doute tributaires du cours supérieur du Stung (rivière) Siem Reap : cette rivière permettait d’assurer une liaison magico-religieuse entre le plateau du Kulên dont elle est issue et la première Angkor ; les linga sculptés dans le lit de la partie supérieure de la rivière qui sacralisent ses eaux attestent cette intention (J. Boisselier).



3. Les monuments
Il n’est point question de faire ici une description détaillée de tous les monuments, mais seulement de placer dans leur succession chronologique les principaux d’entre eux et d’en donner les caractéristiques les plus marquantes (pour des notations plus systématiques, d’ordre architectural et esthétique).



Traces de la période préangkorienne
Avant que Yasovarman (889-910 au moins) eût choisi d’établir sa capitale en ce site, les dynastes khmers du Tchen-la avaient déjà édifié des sanctuaires dans cette région. Nous en citerons deux : de la seconde moitié du VIIe siècle, Prasat Prei Kmeng, sanctuaire en brique qui, par la décoration sculptée de ses encadrements de portes (linteaux et colonnettes), a justifié la distinction d’un style à son nom ; du début du VIIIe siècle, Prasat Ak Yum, qui était déjà un temple-montagne (trois gradins, avec douze sanctuaires secondaires sur le deuxième gradin) ; ce monument très intéressant nous démontre que la forme architecturale du temple-montagne, qui est celle des principaux sanctuaires de la période angkorienne, était déjà en usage avant cette période, avant le règne de Jayavarman II.



La grande période angkorienne
Les monuments de Jayavarman II, situés en majorité sur le Phnom Kulên, sont, pour la plupart, réduits à quelques fragments de décor architectural. Les fondations du deuxième successeur de ce roi, Indravarman (877-889), se trouvent à Rolûos (Hariharalaya) ; c’est là que s’élabore la formule architecturale angkorienne, et qu’on y surprend, pour la première fois, ce que Philippe Stern a appelé « le rythme des fondations khmères ». D’abord, une fondation d’intérêt public : c’est le bassin d’Indra (Indratataka), vaste pièce d’eau qui, répondant à des préoccupations rituelles, était propre à régulariser l’irrigation de la plaine environnante. Ensuite, un temple aux ancêtres, le sanctuaire de Preah Kô (879), aux six tours de brique stuquée. Enfin, le temple-montagne de Bàkong (881). Ce sanctuaire comprend, comme tout monument angkorien, des enceintes concentriques renfermant quantité de sanctuaires secondaires, sans compter tous les édifices en matériaux légers qui devaient exister et dont il ne reste plus trace. La partie centrale du sanctuaire est constituée par une pyramide à cinq gradins. Le sanctuaire supérieur, rebâti au milieu du XIIe siècle, abritait le linga-palladium, divinité protectrice du roi et du royaume, dont le nom combine la partie importante du nom du roi lui-même, avec celui du Seigneur, Isvara, désignation de Síva : Indresvara, c’est-à-dire « le Seigneur Indra », et/ou « le Seigneur d’Indra (varman) » ; Indravarman voulant dire : « Celui qui a Indra pour protecteur » (littéralement, « cuirasse », varman).

Angkor Vat



L’achèvement classique de l’architecture khmère est Angkor Vat (« la ville qui est un temple »), extraordinaire par l’impression d’ascension vertigineuse que donne son massif central sommé d’un sanctuaire cruciforme, et par la belle ordonnance horizontale, qui a fait penser à Versailles. Ce temple vichnouite, construit par Suryavarman II (1113-1145), est le plus vaste (1 500 Z 1 200 m pour le contour extérieur des douves larges de 190 m) et le mieux conservé des monuments d’Angkor ; son ouverture à l’ouest, exceptionnelle, s’expliquerait par des raisons de culte funéraire, s’il est vrai que ce monument ait servi de temple funéraire à son fondateur.



Ayant traversé les douves et l’enceinte extérieure, on arrive au temple par la célèbre chaussée bordée de naga-balustrades (naga : dans la cosmologie indienne, génies des eaux et du sol, ayant l’apparence de cobras polycéphales) ; le temple lui-même consiste en une pyramide dont les trois gradins sont ceinturés de galeries pourtournantes, interrompues par quatre tours d’angle et par quatre passages axiaux, surmontés eux aussi de tours. Les tours d’angle du troisième étage, établies sur plan cruciforme comme le sanctuaire central, affectent comme lui la forme en obus caractéristique du style, complétant ainsi le quinconce habituel qui représente les cinq sommets de la montagne cosmique. Une décoration sculptée, foisonnante mais délicate, habille le temple ; d’innombrables divinités féminines animent de leur présence souriante ce palais divin qu’est un temple funéraire ; huit immenses bas-reliefs à sujets mythologiques et historiques occupent le fond de toute la galerie du premier étage.
Sous Jayavarman VII (1181-1220 env.), le bouddhisme mahayana devient religion d’État . Les fondations du règne sont remarquables par leur nombre, la hâte dont elles témoignent et les remaniements qu’elles ont subis. Ce sont, dans un ordre approximativement chronologique : à l’est, Banteay Kdei, qui devait être consacré au « Buddha de l’Est » , mentionné par l’inscription de Preah Khan ; Tà Prohm, au nord-ouest immédiat de Banteay Kdei, et dont la stèle de fondation (1186) nous apprend qu’il fut construit pour le culte funéraire de la reine mère (sous l’aspect de la Prajñaparamita) et du maître spirituel du roi. Outre les deux principaux dédicataires, 260 personnages étaient honorés dans cet immense sanctuaire ; près de 80 000 personnes étaient affectées au service du temple ; cinq tonnes de vaisselle d’or sont mentionnées... Enfin, au nord, Preah Khan (daté de 1191 par sa stèle), était consacré au culte du père du roi, « absorbé » dans le bodhisattva Lokesvara ; 515 autres statues y bénéficiaient d’un culte, le nombre des prestataires et serviteurs dépassait 95 000. Ces trois sanctuaires sont « à plat » – le sanctuaire central n’émergeant que par sa masse – pourvus de galeries pourtournantes et « en cloître », chargés de multiples adjonctions. Ils sont enserrés dans une enceinte très réduite, à proportion de l’immense enceinte de domaine qui renfermait toute une population. Annexe de Preah Khan, le Neak Peân, par son quinconce de bassins et son îlot central ceinturé de deux naga, figure le lac légendaire Anavatapta.

Angkor Thom


Est édifiée ensuite l’enceinte de la capitale de Jayavarman VII (Angkor Thom, la « grande ville »), quadrilatère de trois kilomètres de côté, constitué de murailles hautes de près de huit mètres, ceinturées par une douve de cent mètres de largeur. Au centre est le Bàyon, temple plusieurs fois modifié en cours d’exécution, jusqu’à devenir cet énorme massif hérissé de 47 tours, dont les 177 visages monumentaux et souriants manifestent à tout l’Univers l’enseignement et la protection du Buddha Suprême, garant du pouvoir impérial de Jayavarman VII. Ses deux galeries concentriques sont sculptées de bas-reliefs historiques (il s’agit d’histoire interprétée en termes de mythologie), égayés de scènes de la vie quotidienne. Du Bàyon partent quatre avenues axiales (une cinquième part du palais royal) qui traversent l’enceinte d’Angkor Thom par des portes monumentales surmontées d’autres « tours à visages » et passent les douves par des chaussées en remblai dont les balustrades sont des naga tenus par des « géants » (entités gardiennes de la ville dans la perspective bouddhique), motif qui évoque encore peut-être le mythe du Barattage de l’Océan de Lait.

La période post-angkorienne
Sous Jayavarman VIII (1243-1295), une réaction çivaïte retaille la plupart des images des temples de Jayavarman VII et les remplace par des linga ou des ascètes en prière.



Angkor, trop exposée aux attaques des Thaïs, est abandonnée en 1431, mais réoccupée temporairement dans la seconde moitié du XVIe siècle. De cette époque dateraient l’achèvement de deux des grands bas-reliefs d’Angkor Vat, le grand Buddha appareillé de Tep Pranam, et des adaptations de monuments anciens au bouddhisme theravada qui, dès le XIVe siècle, a supplanté définitivement le çivaïsme : le gigantesque Buddha assis du Phnom Bàkheng, l’immense Parinirvana du Bàphûon.
À partir du XIVe siècle, on n’édifie plus que des pagodes en matériaux légers : rien d’ancien n’en subsiste à Angkor.

sources photos de cet article : Voilà 2 sites sur Angkor :

http://www.angkorvat.com/Default.asp

http://membres.lycos.fr/asiephoto/circuitPpenh.html


D'autres site sur ANGKOR :

http://angkor.wat.online.fr/

http://perso.wanadoo.fr/lanthanides/ak3.htm

Lara Croft et Angelina jolie à Angkor:

http://www.actustar.com/actualite/200012/20001201d.html
_________________


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Sam 26 Avr - 17:13 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet FORUM D'ANUBIS Index du Forum Autres civilisations
Page 1 sur 1
Sauter vers:  
 
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template Egyptian_Theme by Mojy, © 2003 Mojy - Mojytech
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com